Étoiles d'Essen Spiel 2016 : Fabled fruit

Étoiles d'Essen Spiel 2016 : Fabled fruit

Posté le 25/01/2017

Fabled Fruit

2,2

Friedemann Friese est un auteur qui s’est établi une solide réputation depuis une dizaine d’années. Même si récemment son étoile semble pâlir, ses idées sont encore novatrices : l’an dernier il avait conçu un jeu intitulé 504 (BGG#1640), qui, à l’aide d’un cahier avec des pages à rabat pouvait obtenir 504 combinaisons différentes. Chacune de ces combinaisons amenait un jeu d’un style différent : un jeu économique, un jeu de conquête de territoires, un jeu de placement d’ouvriers, un jeu de hasard, un jeu de majorité etc. Malheureusement, même s’il a été acclamé par la critique, le jeu, peut-être à cause de son prix prohibitif ou de la longueur de la mise en place initiale des composantes ou de l’inégalité de la qualité du choix obtenu, n’a pas connu de popularité espérée.

 

Cette année, il récidive avec trois nouveaux jeux dont deux, même s’ils ont soulevé un intérêt certain, n’ont pas été sélectionnés au classement final. Le premier, Power Grid : the Card Game (BGG#3225) est une adaptation en jeu de carte de son grand succès de placement d’ouvriers Mégawatts (BGG#18). Le second est un tout petit jeu de carte intitulé Fuji Flush (BGG#4373) a beaucoup de potentiel comme jeu entre-jeux ou de fin de soirée. J’en reparlerai lors d’une prochaine chronique.

 

Des trois, Fabled Fruit (BGG#1830) celui sélectionné parmi les meilleurs jeux du salon.

 

Le jeu est destiné à un public de 8 ans et plus, pour 2 à 5 joueurs pour des parties de 25 à 30 minutes

 

S’inspirant des jeux à la mode du type Legacy, où lorsqu’une session de jeu est terminée, il est possible de reprendre au même point lors d’une prochaine session, il a conçu un jeu formé de 59 paquets  de lieux en  4 exemplaires identiques et d’un second paquet de 60 cartes illustrant des fruits (12 cartes de chacun des fruits suivants : banane, noix de coco, raisins, ananas et fraise) . En début de partie, on place sur la table seulement les paquets de lieux numérotés de 1 à 6 et on distribue à chacun des joueurs de fruits au hasard.

 

Le but du jeu est de créer des jus de fruits en récupérant des cartes de lieux. Le premier joueur ayant réalisé le nombre de jus de fruits requis (4 jus à 3 joueurs et 3 jus à 4 ou 5 joueurs) amène la fin de partie ou de la manche si vous désirez reprendre tout de suite.

 

Le tour de jeu ne peut être plus simple : à son tour, le joueur place son pion sur un des 6 lieux disponibles. Deux choix s’offrent à lui :

1)      Récupérer la carte du  lieu s’il peut fournir les conditions pour réaliser le jus de fruits (pour la carte 47, il faut défausser 3 noix de coco et 2 bananes). Il place la carte devant lui en la retournant. On lui présente un jus de fruit et un nombre correspondant au nombre de points qu’il vient de cumuler. Avant de passer au joueur suivant il doit la remplacer en pigeant la carte sur le dessus du paquet de carte-lieu (la première sera une carte #7). Si c’est une carte tour à fait nouvelle, il crée une nouvelle pile, sinon, il la dépose par-dessus les cartes identiques.

2)      Si le joueur ne peut fournir suffisamment de fruits pour récupérer la carte, il doit suivre les instructions de la carte (pour la carte #1 : piger 3 fruits; pour une autre, piger 1 fruit de la pile et échangez trois de vos cartes contre un nombre identique d’un de vos adversaires

 

C’est tout. Quelques petites règles s’ajoutent. Par exemple vous placez votre pion sur un lieu où un ou plusieurs adversaires se trouvent, vous devez leur remettre une carte de fruit de votre main.

 

Le jeu devient évolutif. Au fur et à mesure que des cartes seront pigées, des piles (donc des actions) disparaîtront pour faire place à de nouvelles cartes et de nouvelles actions…

Au début, les actions sont simples, mais au fur et à mesure de la partie celles-ci deviendront plus complexes et l’interaction entre les joueurs deviendra plus intense. Certaines cartes feront intervenir de nouveaux personnages (le voleur représenté  par un singe) ou un nouveau type de cartes fruits : les cartes à double utilité.

 

Somme toute, ce jeu en apparence simpliste comporte une grande profondeur et la rejouabilité est excellente. Il faudra des dizaines d’heures de jeu avant d’avoir écoulé les 59 paquets de cartes. Il faut aussi préciser qu’il est possible de reprendre au point de départ à tout moment surtout lorsqu’on joue avec un  nouveau groupe de joueurs.

 

La version anglaise est disponible depuis peu et la version française devrait apparaître dans les prochains mois. Un petit mot concernant le problème linguistique. Même si les instructions sur la carte sont indiquées en anglais, il n’y a que 6 cartes en jeu à la fois et il ne suffit qu’un des joueurs pour indiquer l’action précisée pour toute nouvelle carte qui fait son apparition.

 

J’ai vraiment hâte de vivre l’expérience.